pierre


pierre

pierre [ pjɛr ] n. f.
• 1080; lat. petra
1LA PIERRE : matière minérale solide, dure, qui se rencontre à l'intérieur ou à la surface de l'écorce terrestre en masses compactes. roche ; lith(o)-, -lithe; lapidifier, pétrifier. Bloc, quartier de pierre. Éclat, morceau de pierre. Dur comme la pierre. Cette matière servant à construire (cf. infra 4o). « une mairie de pierre [...] dont on était fier » (Ch.-L. Philippe). Cheminée en pierre. Par métaph. Être, rester de pierre, insensible, impassible (cf. De glace). « Ses traits s'étaient faits de pierre » (Montherlant). Un cœur de pierre, dur, froid et impitoyable.
Âge de (la) pierre : période de la préhistoire caractérisée par la fabrication et l'utilisation d'outils de pierre. Âge de la pierre taillée ( paléolithique) , de la pierre polie ( néolithique) .
2Cour. Variété particulière de cette matière. roche. Étude des pierres. minéralogie, pétrographie. Pierre calcaire, meulière, ollaire. Pierre ponce. Vieilli Pierre d'aigle (aétite), de lard (stéatite), de liais. Pierre à chaux, à plâtre. gypse .
3UNE PIERRE : bloc rocheux. boulder, roc, 1. rocher. Pierre branlante : rocher isolé qui repose sur le sol par une très petite surface.
Fragment de cette matière qu'on peut déplacer ou jeter. caillou, galet. « les pierres [...] deviennent plus grosses et montrent l'ambition d'être des rochers » (Gautier). Amas, tas de pierres. Pierres servant au revêtement des routes. empierrement. Casseur de pierres. Loc. Être malheureux comme les pierres, très malheureux et seul. Pierre d'achoppement. Lancer des pierres ( lance-pierre) . Guerre des pierres. intifada. À un jet de pierre. « Cassant les vitres à coups de pierres » (Maurois). Loc. Faire d'une pierre deux coups : obtenir deux résultats par la même action (cf. Faire coup double). Geler à pierre fendre. Poursuivre, tuer qqn à coups de pierres. lapider. Allus. bibl. « Que celui d'entre vous qui est sans péché, lui jette la première pierre » ( ÉVANGILE ),paroles adressées par Jésus à ceux qui s'apprêtaient à lapider la femme adultère. Loc. Jeter la pierre à qqn, l'accuser, le blâmer. Il n'est pas responsable, il ne faut pas lui jeter la pierre. C'est une pierre dans son jardin. C'est un jour à marquer d'une pierre blanche, un jour important dont il faut se souvenir. PROV. Pierre qui roule n'amasse pas mousse.
4Fragment d'une variété de cette matière servant à un usage particulier. Une pierre à aiguiser. Une pierre à feu, à fusil : un silex donnant des étincelles. Goût de pierre à fusil : goût sec et minéral de certains vins blancs. « des pierres lithographiques d'un grain aussi doux » (Gautier). — PIERRE DE TOUCHE : fragment de jaspe utilisé pour essayer l'or et l'argent. ⇒ touchau. Fig. Ce qui sert à reconnaître la valeur d'une personne ou d'une chose. critère, épreuve, 2. test.
Bloc de roche employé pour la construction, la maçonnerie. moellon. Extraire, appareiller, tailler les pierres. Tailleur de pierres. PIERRE DE TAILLE, qui a été taillée. ⇒ boutisse, claveau, parpaing, voussoir. Immeuble en pierres de taille. « Le poids d'une pierre de taille lentement hissée » (Gautier). Poser, déliter, enlier les pierres. Muret de pierres sèches, en pierres de forme irrégulière, qui tiennent ensemble sans mortier. Couverture en pierres plates. lause. Tous ces bâtiments « seront tellement détruits, qu'il n'y demeurera pas pierre sur pierre » ( BIBLE ). Les vieilles pierres : l'architecture ancienne. Un amateur de vieilles pierres. Pierre à pierre : une pierre après l'autre; fig. progressivement. La première pierre d'un édifice, qui porte des inscriptions commémoratives et qui est posée solennellement. « La première pierre fut scellée par la reine » (Alain). Fig. Poser la première pierre de qqch. : être le fondateur, l'initiateur d'une œuvre. Apporter sa pierre à l'édifice. La pierre angulaire. (Collect.) La pierre : l'immobilier. Investir, placer son argent dans la pierre. Le prix de la pierre.
Bloc constituant un monument. mégalithe, monolithe, stèle . Pierres druidiques, levées. cromlech, dolmen, menhir. C'est « à une religion qu'il faut attribuer toutes ces pierres levées » (Stendhal). Inscription gravée sur une pierre. 1. dalle, stèle. « Les pierres tombales, en Turquie, sont des espèces de bornes, coiffées de turbans ou de fleurs » (Loti). La Pierre noire : relique sacrée des musulmans, scellée dans la Kaaba.
5 ♦ PIERRE PRÉCIEUSE, ou ellipt PIERRE : minéral auquel sa rareté, son éclat, sa dureté confèrent une grande valeur; fragment de ce minéral (brut ou travaillé). ⇒ gemme, pierreries; gemmologie; lapidaire. Pierres de couleur. Principales pierres : aigue-marine, alabandite, améthyste, aventurine, béryl, calcédoine, chrysolithe, chrysoprase, corindon, diamant, émeraude, escarboucle, girasol, grenat, hématite, hyacinthe, jargon, lapis, opale, outremer, péridot, quartz, rubis, sanguine, saphir, spinelle, topaze, tourmaline, turquoise, zircon. — Pierres précieuses : diamant, émeraude, rubis, saphir. Défaut dans une pierre précieuse : crapaud, glace, givrure, jardinage, loupe. Tailler, monter, sertir une pierre précieuse. Pierres fines, semi-précieuses : toutes les autres gemmes naturelles (cf. ci-dessus ), ainsi que certaines pierres dont on fait des objets d'art (dites pierres dures :agate, cristal de roche, cornaline, jade, jaspe, labrador, malachite, obsidienne, onyx, sardoine, etc.). — Pierre synthétique, artificielle. Pierre gravée. camaïeu, camée, intaille. Art de graver les pierres dures. glyptique.
6Par ext. Se dit de nombreuses substances naturelles ou fabriquées, employées à divers usages. Pierre bleue, servant à passer le linge au bleu. Pierre à briquet (ferrocérium). Pierre infernale (nitrate d'argent).
Pierre philosophale.
7Vieilli Concrétion qui se forme dans les reins, la vessie ou la vésicule biliaire. 2. calcul, gravelle, gravier, lithiase.
Concrétion dure qui se forme dans certains fruits. Cette poire est pleine de pierres. graveleux, pierreux.

pierre nom féminin (latin petra) Bloc ou masse constituant la matière des roches et des rochers : Sculpter la pierre. Roche d'une matière particulière ou ayant des caractères et une composition déterminés : Le grès est une pierre dure. Fragment rocheux quelconque de forme et d'importance variables : Attention, chute de pierres ! Substance minérale qui, du fait de sa dureté, de la beauté de son éclat, de sa rareté, prend une valeur particulière et sert à la confection de bijoux et d'objets précieux ; fragment de cette substance, brut ou travaillé : Pierre fine. Pierre précieuse. Toute roche naturelle employée dans la construction : Construire un mur avec des pierres. L'immobilier : Investir dans la pierre. Botanique Concrétion dure qui se trouve dans quelques fruits tels que les poires. Horlogerie Coussinet en corindon synthétique très dur et poli, utilisé pour réduire le frottement et l'usure des pivots. Pathologie Nom donné autrefois aux calculs, en particulier aux calculs urinaires. ● pierre (citations) nom féminin (latin petra) Jean-Pierre Claris de Florian Sauve, Gard, 1755-Sceaux 1794 Académie française, 1788 Le chemin est assez mauvais Sans nous jeter encor des pierres. Fables, le Bonhomme et le Trésor François Rabelais La Devinière, près de Chinon, vers 1494-Paris 1553 Je ne bâtis que pierres vives, ce sont hommes. Le Tiers Livre, 6 Bible Comme ils insistaient, il se redressa et leur dit : « Que celui de vous qui est sans péché lui jette la première pierre ! » Évangile selon saint Jean, VIII, 7 Bible Eh bien ! moi, je te dis : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l'Hadès ne tiendront pas contre elle. » Évangile selon saint Matthieu, XVI, 18 Talmud Ne jette pas de pierre dans la source où tu t'es désaltéré. Talmud, Baba Kamma, 92b pierre (difficultés) nom féminin (latin petra) Orthographe 1. Pierre = matière minérale ; matériau de construction. Le mot s'emploie au singulier : construire en pierre de taille. 2. Pierre = morceau de cette matière, caillou. Le mot prend, normalement, le s du pluriel : un tas de pierres. Remarque Lorsque le mot peut être compris dans l'un ou l'autre sens, les deux orthographes sont possibles : un mur de pierre (= construit avec de la pierre) ou de pierres (= construit avec des pierres). ● pierre (expressions) nom féminin (latin petra) De pierre, dur comme la pierre, extrêmement dur, insensible, froid et impassible. Être comme une pierre, changé en pierre, demeurer muet, impassible. Être malheureux comme les pierres, être très malheureux. Jeter la (première) pierre à quelqu'un, porter contre lui une accusation, le rendre responsable de quelque chose, le blâmer. Marquer un jour d'une pierre blanche, noire, avoir un succès, un malheur qui marque dans la vie. Pierre à (par) pierre, progressivement. Pierre de touche, variété de jaspe noir qui servait à essayer l'or au touchau ; ce qui sert à connaître la valeur de quelqu'un, de quelque chose ; test, critère. Pierre sur pierre, un quelconque élément construit sur l'autre, en parlant d'une construction matérielle ou intellectuelle. Première pierre, pierre de fondation, généralement pierre d'angle, posée solennellement. (On y pratique une cavité dans laquelle on loge un document, une médaille commémorative.) Pierre à fusil ou pierre à feu, silex très dur qui servait, jusqu'au XIXe s., à enflammer la charge des armes à feu portatives en produisant des étincelles par son choc contre une pièce de l'arme appelée « batterie ». Pierre artificielle, aggloméré de granulats et de ciment choisis de façon à donner, après ravalement, un aspect de pierre naturelle. Pierre de taille ou pierre d'appareil, pierre dont la queue présente des pans dressés et des arêtes vives (de même que sa tête, généralement) ; qualité de pierre que l'on se propose de tailler ainsi (spécialement pierre calcaire). Pierres sèches, pierres posées à sec, les unes sur les autres, sans mortier. Mise en pierres, travail qui consiste à préparer dans le métal d'un bijou l'emplacement des pierres. Pierre fine, toute gemme autre que les pierres précieuses. Pierre précieuse, le diamant, l'émeraude, le rubis ou le saphir. Pierre synthétique, pierre artificielle ayant la même composition chimique et les mêmes propriétés physiques que la pierre naturelle imitée. Pierre noire ou pierre d'Italie, schiste argileux utilisé en dessin, sous forme de bâtonnets, de la fin du XVe s. au XVIIe s. (époque à laquelle on lui substitua une pierre noire artificielle). Pierre à faux, schiste servant à affûter. Pierre à filtrer, grès grossier usité pour filtrer les eaux. Pierre de Florence, variété de marbre. Pierre gypseuse, sulfate de calcium. Pierre de lune, synonyme de adulaire. Pierre nummulaire, calcaire riche en fossiles en forme de monnaie (nummulites). Pierre ollaire, roche talqueuse dont on fait des vases. Pierre à plâtre, synonyme de gypse. Pierre d'autel, pierre contenant des reliques et consacrée par un évêque pour remplacer un autel fixe. Âge de la pierre, le paléolithique et le néolithique. Pierre levée, menhir. Pierre noire, nom donné à des pierres sacrées célèbres, dont la pierre qui symbolisait Cybèle et la pierre des Quraychites préislamiques de La Mecque conservée à la Kaba. Pierre à parer, bloc de pierre de liais épais et lisse sur lequel le sellier-maroquinier, ou le relieur, place la peau pour la parer. Pierre à lécher, bloc destiné à être léché par les animaux et qui, outre le sel, contient des minéraux, des oligoéléments, des vitamines. ● pierre (synonymes) nom féminin (latin petra) Fragment rocheux quelconque de forme et d'importance variables
Synonymes :
Substance minérale qui, du fait de sa dureté, de la...
Synonymes :
Horlogerie. Coussinet en corindon synthétique très dur et poli, utilisé pour...
Synonymes :
Pathologie. Nom donné autrefois aux calculs, en particulier aux calculs urinaires.
Synonymes :
Géologie. Pierre de lune
Synonymes :
Géologie. Pierre à plâtre
Synonymes :

Pierre
(Henri Grouès, dit l'abbé) (né en 1912) prêtre français qui fonda un mouvement d'entraide (hébergement, collectes, récupération), Emmaüs (1949), constitué en communautés et devenu international.
————————
Pieter ou Pierre
dit Bruegel le Vieux (v. 1525 - 1569), peintre flamand. Ses paysages et scènes de genre sont une méditation sur la destinée humaine: la Chute d'Icare, les Chasseurs dans la neige, Noces villageoises.
————————
Pierre
n. f.
d1./d (La pierre.) Matière minérale solide et dure, qu'on trouve en abondance sur la Terre sous forme de masses compactes, et dont on se sert notam. pour la construction. Bloc de pierre. Dur comme pierre, comme la pierre, très dur.
Fig. Un coeur de pierre, dur et insensible.
Spécial. (Matériau) Un escalier en pierre. Pierre de taille, qu'on peut tailler et qu'on utilise pour bâtir.
PALEONT L'âge de (la) pierre: la période préhistorique caractérisée par la fabrication d'outils en pierre taillée (le paléolithique) puis polie (le néolithique).
|| (Variétés diverses de cette matière.) Pierre ponce: V. ponce. Pierre à chaux (calcaire pur), à plâtre (gypse), à ciment (marne).
(Viêt-nam) Pierre d'abeille: nom cour. de la latérite.
d2./d (Une pierre.) Morceau, fragment de cette matière qui peut avoir été façonnée ou non. Chemin plein de pierres. Syn. caillou.
Casser qqch à coups de pierres.
Loc. fig. Faire d'une pierre deux coups: obtenir deux résultats par un même acte.
Jeter la pierre à qqn, le blâmer, l'accuser.
|| Spécial. Bloc de pierre servant à la construction. Une pierre de taille, taillée. Construction en pierres sèches, en pierres posées directement les unes sur les autres, sans mortier.
Pierre d'autel: pierre consacrée, enchâssée dans l'autel et sur laquelle le prêtre officie.
|| Par ext. Monument, stèle, constitués d'une pierre. Pierre tombale.
Pierre levée: menhir, mégalithe.
d3./d Morceau d'une variété de cette matière, qui sert à un usage déterminé. Pierre à feu, à fusil: silex qui sert à produire des étincelles. Pierre à aiguiser.
Par anal. Une pierre à briquet (alliage de fer et de cérium).
d4./d Pierre précieuse, ou pierre: minéral (souvent cristallin) auquel sa rareté, son éclat, sa beauté confèrent une grande valeur. Pierre brute. Pierre travaillée, taillée.
Spécial. (En joaillerie.) Pierres précieuses (diamant, rubis, saphir et émeraude) et pierres fines (les autres gemmes).
d5./d Petite concrétion ligneuse se formant dans certains fruits.
d6./d Composé artificiel ressemblant à de la pierre. Pierre infernale: nitrate d'argent.
ELEV Pierre à lécher: bloc de sel et de divers minéraux que l'on donne à lécher au bétail.
Spécial. Pierre philosophale.
d7./d HIST Pierre de Rosette.
d8./d RELIG Pierre noire: symbole sacré commun à de nombreuses religions. La Pierre noire symbolise notamment l'éternité et l'anéantissement de l'ego pour Dieu.
————————
Pierre
v. des États-Unis, cap. de l'état du Dakota du Sud; 12 900 hab. SAINTS Pierre (saint) (? - v. 64 apr. J.-C.) l'un des douze apôtres; le chef du collège apostolique, premier évêque de Rome, à ce titre considéré par les catholiques comme le fondateur de la papauté. C'était un pêcheur de Capharnaüm dont Jésus changea le nom de Simon en celui de Pierre ("Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église", Matthieu, XVI, 18) après l'avoir invité à le suivre. Il devint le porte-parole des douze apôtres auprès du Christ, qu'il renia trois fois peu avant la Crucifixion, mais une triple protestation d'amour répara ce triple reniement (Jean, XXI, 15-18). Il oeuvra à la conversion des Juifs, visitant les communautés de Galilée, de Judée et de Samarie. Pierre aurait également prêché en Asie Mineure avant d'aller à Rome, où la tradition la plus digne de foi affirme qu'il est mort martyr au temps de Néron. CONSTANTINOPLE Pierre II de Courtenay (v. 1167 - 1217), empereur latin de Constantinople (1217) par son mariage avec Yolande de Flandre, soeur des empereurs Baudouin Ier et Henri de Flandre et de Hainaut. BRÉSIL Pierre Ier ou Pedro Ier (1798 - 1834) empereur du Brésil (1822-1831); fils de Jean VI, roi de Portugal, qui s'était exilé avec sa famille au Brésil (1808). Régent du Brésil lors du retour de son père à Lisbonne (1821), il proclama l'indépendance du pays (1822). Il abdiqua (1831) en faveur de son fils, Pierre II. Roi de Portugal en 1826 (Pierre IV) à la mort de son père, il laissa la couronne à sa fille, Marie II.

PIERRE, subst. fém.
A. —1. Toujours au sing. Matière minérale solide plus ou moins dure qu'on rencontre en masses compactes à la surface et à l'intérieur du sol. Bloc de pierre; extraire de la pierre, concasser de la pierre; dur comme la pierre. L'eau creuse la pierre et le vent la ronge (R. BAZIN, Blé, 1907, p.65). Les contrastes sont visibles et persistent plus qu'on n'est porté à le croire entre les régions où la pierre abonde et celles où elle manque (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p.162):
1. ... il se mit à fouir cette terre molle. Au bout de la journée il avait creusé un trou d'un bon pied de profondeur et de la grosseur de son corps quand les griffes de ses pattes fatiguées crissèrent sur quelque chose de dur... La pierre était là. Goupil creusa plus loin... de la pierre encore; il gratta toujours, il gratta toute la nuit, espérant dans le rocher la faille libératrice...
PERGAUD, De Goupil, 1910, p.15.
2. Bloc parfois isolé de cette matière apparaissant à la surface de l'écorce terrestre. Avalanches de pierres, casser des pierres; être assis sur une pierre; sauter de pierre(s) en pierre(s); traverser un torrent sur des pierres. Un beau ruisseau, répandu hors de son lit de granit, courait sous nos pieds, et formait, çà et là, de petits lacs d'eau courante et limpide qui murmurait et écumait autour des énormes pierres tombées du haut des murailles (LAMART., Voy. Orient, t.2, 1835, p.166):
2. On ne pouvait même plus être deux de front; alors les garçons allaient devant, tendant la main aux filles pour les aider à passer par-dessus une grosse pierre, ou bien à franchir un de ces ressauts de roc qui font comme des marches en travers du chemin.
RAMUZ, Gde peur mont., 1926, p.50.
3. Fragment de taille variable de cette matière que l'on peut déplacer, porter et même lancer. Monceaux, tas de pierres; chasser, recevoir qqn à coups de pierre(s); tomber comme une pierre au fond d'un trou; être à un jet de pierres. Depuis un moment je maniais une pierre. À la fin, fortement sollicité par un malin désir, je la lançai dans la mare, tout à côté... Aussitôt les trois têtes sortirent en sursaut de dessous l'aile. C'étaient trois canards, j'oubliais de le dire (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p.10). Je calai la poterne avec une grosse pierre pour pouvoir rentrer sans sonner et à l'insu de tous (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.228):
3. Ayant aperçu une pierre dans l'allée, il se précipita pour la ramasser, atteignit la haie avec des prudences, des rampements de trappeur, et il lança la pierre dans notre jardin de toutes ses forces. On entendit un bruit de verre cassé.
MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p.88.
Locutions
Geler à pierre fendre, à fendre les pierres.
Loc. fig. Faire d'une pierre deux coups; marquer (un jour, un événement) d'une pierre blanche (synon. marquer (un jour, un événement) d'un caillou blanc); jeter des pierres dans le jardin de qqn; c'est une pierre dans le jardin de qqn; être malheureux comme une pierre, comme les pierres; nager comme une pierre.
Être muet comme les pierres, être comme une pierre. Rester impassible, immobile, sans réaction. (Dict. XIXe et XXes.).
Jeter des pierres, la (première) pierre à qqn. [P. allus. à la femme adultère de l'Évangile] Blâmer quelqu'un, porter des accusations contre quelqu'un. Ce que je réprouve dans le personnage [le malfaiteur], je le réprouve également dans tous les hommes et toutes les femmes qui lui jettent la pierre. Il faudrait avoir les mains bien pures pour jeter la pierre, mais les mains pures ont ceci de remarquable, qu'elles ne jettent point de pierres (GREEN, Journal, 1956, p.198).
Pierre de scandale. Objet causant du scandale. Les prescriptions juives sur le mariage étaient sans cesse une pierre de scandale entre l'irréligieuse famille des Hérodes et les Juifs sévères (RENAN, Vie Jésus, 1863, p.115).
Proverbe. Pierre qui roule n'amasse pas mousse. V. amasser.
B. —[La pierre en tant que matériau de construction ou entrant dans la fabrication de certains objets]
1. PRÉHIST. Âge de (la) pierre; âge de la pierre taillée (paléolithique), de la pierre polie (néolithique). Période de la préhistoire au cours de laquelle l'homme a fabriqué et utilisé des outils de pierre taillée puis de pierre polie. À la fin du dernier âge de glace, les néolithiques, qui venaient de découvrir la technique de la pierre polie, ont inventé l'agriculture et l'élevage, la fabrication de la poterie et celle du vêtement (P. ROUSSEAU, Hist. transp., 1961, p.7).
2. ARCHIT., MAÇONN. Bloc de cette matière taillé et préparé de manière à être employé dans une construction. Synon. moellon. La pierre de construction par excellence est celle qui se laisse tailler par le ciseau, découper en pans réguliers, appareiller, et qui se prête ainsi aux diverses combinaisons de formes qu'imagine et crée l'art de l'architecte (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p.155). Voici le portail de chez nous. Il est vieux et en vraie pierre et non point en ciment comme tout ce qui se fait aujourd'hui (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p.103).
En partic. Pierre de taille. Gros bloc de pierre calcaire taillé sur toutes ses faces suivant des dimensions et des formes déterminées. Les murs étaient construits avec de la pierre de taille, et, quand il choquait la paroi, je le voyais [un bâton] se recourber en lame d'acier et rebondir comme une balle élastique (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p.239).
SYNT. Appareiller la pierre; débiter, extraire, scier, tailler des pierres; tailleur de pierres; [pierre + déterm. désignant le type] pierre calcaire, meulière; [pierre + déterm. désignant la qualité] pierre dure, tendre; pierre blanche; pierre plate; pierre gélive; [pierre + déterm. désignant la fonction] pierre portante; pierre à bâtir.
P. méton. Construction. Aimer les vieilles pierres; investir dans la pierre. En ce temps-là, la France avait la maladie de la pierre, partout croissaient des bâtisses, des tours, des nefs d'églises, des clochers (ARNOUX, Juif Errant, 1931, p.130).
Subst. + de pierre(s), en pierre(s). Banc, escalier de pierre. [La porte septentrionale] est coupée carrément dans un mur, de pierre en bas, de brique en haut, qui ferme la cour au nord (HUGO, Misér., t.1, 1862, p.368). Ils entreprirent d'édifier une haute bâtisse en pierre de taille, avec fenêtres à meneaux (BILLY, Introïbo, 1939, p.29).
En partic. De, en pierres sèches. De, en pierres plus ou moins grosses assemblées sans mortier, posées sans liaison les unes avec les autres. Nous touchâmes enfin la terre, ou plutôt un grand mur en pierres sèches surmonté d'un hangar (SAND, Hist. vie, t.2, 1855, p.216). Histoire d'agir, il renversa un mur de pierres sèches, un autre, un autre encore. Les pierres se choquaient les unes contre les autres et il pensa qu'on avait dû l'entendre (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p.200).
Au fig. De pierre. Dur, insensible. Coeur, visage de pierre. Je doute de toute autre entente. Car j'ai le coeur dur, ange aimé. Car je me sens de pierre du sourcil à l'orteil, ange chéri. Car dire un mot de caresse me brûlerait en ce jour de l'âme à la bouche (GIRAUDOUX, Sodome, 1943, II, 7, p.139).
Locutions
Pierre à pierre, pierre par pierre. Élément par élément, une pierre après l'autre:
4. —Ce baraquement, je l'ai construit de mes mains. Et avec un geste vers le donjon à créneaux qui s'enlevait au-dessus des verdures: —Le château, c'est moi aussi qui l'ai bâti, pierre à pierre.
BILLY, Introïbo, 1939, p.188.
Au fig. Peu à peu. Énumérer quelques dizaines d'autres noms parmi les plus célèbres n'en donnerait pas mieux la mesure et n'épuiserait pas davantage la liste de ceux qui ont édifié, pierre par pierre, la pathologie médicale (BARIÉTY, COURY, Hist. méd., 1963, p.621).
Ne pas laisser pierre sur pierre de. Détruire complètement. Empl. impers. Il ne reste pas pierre sur pierre de. Il ne reste absolument rien de (quelque chose qui a été anéanti). Au bord du Mouzon, ce plateau de la Mothe qui fut une ville dont il ne reste pas pierre sur pierre (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p.212).
Au fig. Être anéanti, détruit. Il ne reste aujourd'hui pierre sur pierre de la doctrine proprement dite (DAVID, Cybern., 1965, p.117).
Première pierre (d'un édifice). Pierre, plaque de marbre contenant des documents, des inscriptions commémoratives qui est scellée solennellement. Cérémonie de la première pierre. Au moyen-âge, la pose de la première pierre fut entourée, comme dans l'antiquité, de la pompe des cérémonies (LENOIR, Archit. monast., 1852, p.40). Le travail commença au début de 1667; en mai l'on posa la première pierre de la première écluse, à l'embouchure sur la Garonne (P. ROUSSEAU, Hist. transp., 1961, p.206).
Au fig. Pierre d'achoppement, d'attente, d'angle, angulaire. Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église (v. bâtir2). Ajouter, apporter sa pierre à l'édifice.
3. Bloc de cette matière taillé selon une forme particulière, travaillé ou non, ayant une signification religieuse ou symbolique et constituant en lui-même un monument. Pierre druidique, funéraire, tombale; pierre gravée; être enseveli sous une pierre; la pierre noire de la Mecque. Partout des dolmens sur les bruyères élevées, ou des pierres préparées pour l'être (MICHELET, Journal, 1831, p.93). Près d'une allée, une pierre simple sur laquelle on trouve inscrit: ci-gît Almazor. Est-ce un fou? —Est-ce un laquais? —Est-ce un chien? La pierre ne dit rien de plus (NERVAL, Filles feu, Angélique, 1854, p.577).
Pierre levée. Menhir. Plévech, à moitié fou, jura qu'il en avait vu comme ça dans les grottes de son pays, près des pierres levées (MILLE, Barnavaux, 1908, p.108).
Pierre d'autel. Pierre renfermant des reliques et consacrée par un évêque. (Dict. XIXe et XXes.).
4. Morceau, fragment de cette matière entrant dans la fabrication d'objets ou d'outils.
Pierre ponce; pierre lithographique; pierre à/d'évier (vieilli).
Pierre de feu. Pierre de l'âtre. Agenouillé sur la pierre de feu (E. PÉROCHON, Bernard, 1927, p.233 ds R. Ling. rom. t.42 1978, p.114).
Pierre à aiguiser, pierre à faux, pierre à affûter. Pierre dure, généralement du grès destinée à aiguiser des instruments tranchants. Tournabien passait et repassait son couteau sur son pain, comme sur une pierre à aiguiser (R. BAZIN, Blé, 1907, p.108).
Pierre à huile. Variété de pierre à aiguiser. Le racloir de l'ébéniste est un morceau d'acier de 54 ou 81 millimètres de long, sans biseau, aiguisé sur la pierre à huile, de façon que sa tranche fasse des angles parfaitement droits avec les deux faces, et que les arêtes soient bien vives (NOSBAN, Manuel menuisier, t.2, 1857, p.174).
Arg. Pierre à affûter.
Pierre de foudre, pierre de tonnerre. Synon. céraunie.
Vieilli
Pierre à brunir. ,,Pierre dure, transparente et polie, taillée en dent de loup ou en coude et adaptée à un manche en bois`` (ADELINE, Lex. termes art, 1884). Synon. brunissoir.
Pierre à briquet, à feu, à fusil. Silex pyromaque extrait de la craie blanche produisant lorsqu'il est frappé des étincelles enflammant la poudre. Chacun essuyait froidement sa baïonnette dans le gazon et raffermissait sa pierre à feu dans la batterie (VIGNY, Serv. et grand. milit., 1835, p.200). Notre gravier étant parsemé de pierres à fusil bien pointues et dures comme fer, et qui battent des étincelles quand on les frotte (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.116).
Mod. Pierre à briquet. V. infra D 3.
Fusil à pierre. Fusil fonctionnant avec une pierre. Et, accroché au-dessus de la cheminée, un fusil à deux coups à pierre, ce qui, pour le temps, était une chose rare et précieuse (NERVAL, Fayolle, 1855, p.92). Il lui arriva même de chasser avec un fusil à pierre en compagnie de son cousin le meunier (A. FRANCE, Servien, 1882, p.62). P. anal. [En parlant d'un vin] Goût de pierre à fusil. Qui rappelle l'odeur âcre du silex frappé par l'acier. On but des vins qui avaient le goût sec de la pierre à fusil et l'odeur de la poudre (A. FRANCE, Puits ste Claire, 1895, p.291). Vins de Vouvray (...) ils sont capiteux, parfumés et ont ce qu'on appelle «un goût de pierre à fusil» (ALI-BAB, Gastr. prat., 1907, p.157).
Pierre de touche. Pierre siliceuse noire, très dure, inattaquable par les acides, utilisée pour essayer les monnaies et les bijoux d'or et d'argent afin d'en connaître le titre. L'essai des bijoux et des objets qu'on ne veut pas détériorer se fait à la pierre de touche (WURTZ, Dict. chim., t.1, vol.2, 1870, p.1268). La pierre de touche ressemble au plus beau marbre noir, avec quelque chose de plus souple à l'oeil et de plus harmonieux (HUGO, Fr. et Belg., 1885, p.121).
Au fig. Ce qui sert à faire connaître la qualité, la valeur de quelqu'un ou de quelque chose. [Fléchier, Massillon, etc.] retardaient à certains égards sur leur siècle. L'admiration pour Mlle de Scudéry est une pierre de touche qui les éprouve eux-mêmes et qui les juge (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t.4, 1851, p.140). L'art culinaire, pierre de touche des nations, conduisait (...) doucement nos camarades des kommandos à professer le plus légitime et le plus pacifique des impérialismes (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p.191).
Pierre à chaux. Pierre calcaire qui à la cuisson fournit la chaux (d'apr. CHABAT 1881).
C.JOAILL., ORFÈVR., le plus souvent au plur.
Pierres (précieuses). Substances minérales très dures généralement de couleurs vives utilisées en bijouterie et en joaillerie, comprenant notamment le diamant, l'émeraude, le rubis, le saphir:
5. ... je les vis [ses doigts] étinceler de bagues, de rubis et de bracelets de diamants, et c'est un fait sur lequel je ne saurais me tromper, moi qui apprécie de l'oeil des pierres précieuses, au carat et au grain, et qui défie sur ce point le réactif du chimiste, l'émeri du lapidaire et la balance du joaillier.
NODIER, Fée Miettes, 1831, p.65.
Pierres (fines). Gemmes transparentes (améthyste, grenat, topaze) et gemmes translucides ou opaques (agate, jade, opale, turquoise) utilisées en bijouterie et dans les arts décoratifs. Un collier magnifique, composé de trois rangs de divinités et d'amulettes en or et en pierres fines, entourait le col de la coquette momie (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p.188).
Pierre artificielle, pierre fausse. Produit de synthèse imitant les véritables pierres fines ou précieuses. Un Juif, prêteur à la petite semaine, avec des fausses pierres, des cailloux du Rhin, de la fausse bijouterie en montre (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.157).
Pierre d'azur. Synon. lapis-lazuli. Pierre de lune.
D.P. anal.
1. PATHOL., vieilli. Concrétion formée dans certains organes du corps de l'être humain ou de l'animal. Synon. calcul, lithiase, gravelle (vx). Opération de la pierre. [L'inflammation] peut dépendre de quelque corps étranger contenu dans la vessie, qui irrite son col et ses parois, ou qui bouche le passage des urines, comme d'une pierre dans la vessie (GEOFFROY, Méd. prat., 1800, p.207). Les femmes ayant des colliers où pendait La pierre prise au foie d'un vieux coq de Tanagre (APOLL., Alcools, 1913, p.92). V. intestin, -ine A 2 ex. de Chateaubriand.
Pierre biliaire. Synon. calcul biliaire. Pierre d'écrevisse.
Pierre de piété. Amas calcaire localisé au genou au-dessous de la rotule (d'apr. Méd. Biol. t.3 1972).
2. Concrétion dure à l'intérieur de certains fruits tels que les poires. (Dict. XIXe et XXes.).
3. a) Pierre de, pierre à. Nom donné à certaines roches.
Pierre d'aimant, pierre d'aigle, synon. aétite (minér.); pierre d'alun, synon. alunite (chim.).
Pierre à briquet. V. briquet3.
Pierre à détacher (vieilli). ,,Argile marneuse qui absorbe les corps gras et dont on fait usage pour enlever les taches`` (CHESN. t.2 1858).
Pierre à plâtre, pierre de lune (vx). Gypse. Une masse puissante et pourtant bien stratifiée de gypse ou pierre à plâtre (LAPPARENT, Abr. géol., 1886, p.104). Le gypse ou pierre à plâtre contient ordinairement à l'état naturel deux équivalents d'eau (SER, Phys. industr., 1890, p.2).
b) Matière fabriquée, ressemblant à de la pierre. Pierre philosophale (alchim.); pierre infernale (chim., vieilli).
REM. -pierre, élém. de compos. V. carton-pierre, casse-pierre (s.v. casse- A 1 et A 2 a), chasse-pierres (s.v. chasse- A), lance-pierres.
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Fragment de roche 1. a) servant notamment ) dans la construction fin Xes. (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 64: en tas maisons ssubr'altre non laiseront); ca 1180 piere secche (Jeu Adam, éd. W. Noomen, 850); ca 1298 pierre de taille (Livre de Marco Polo d'apr. FEW t.13, 1, p.50a); 1528 (Comptes des bâtiments du roi, éd. L. de Laborde, t.1, 26); 1306 pierres taillées (JOINVILLE, Vie de St Louis, éd. N. L. Corbett, § 257); 1636 (MONET: Pierre d'attante, pierre auançant au front de la muraille, pour lier la suite de la maçonnerie); ) comme arme fin Xes. (Passion, 496: Alquanz a'ppetdres lapider); fin XIVe-déb. XVes. fig. geter une pierre en son jardin «faire une remarque désobligeante» (Quinze joies de mariage, éd. J. Rychner, 3e, p.26, 283); 1570 fig. mesnager d'une pierre deux coups (MONT., Lettre du chancelier de l'Hospital, 30 avril ds LITTRÉ); 1611 d'une pierre faire deux coups (COTGR.); 1584 fig. la pierre est jetée (FRANÇOIS D'AMBOISE, Neapolitaines, V, 6 ds Anc. théâtre fr., t.7, p.322); ) de monument avec une signification religieuse . fermeture d'un tombeau fin Xes. (Passion, 401: Sus en la peddre l'angel sist); . 1605 pierre levee «menhir» (P. LE LOYER, Hist. des Spectres, p.55); 1835 (Ac.); ou symbolique XIIIes. [date ms.] pierre «borne servant de limite» (Eneas, éd. J.-J. Salverda de Grave, var. 9757); b) servant d'instrument en raison de leurs qualités particulières ) fin XIVes. perre a aguisier coutiaux (ds ROQUES t.2, B.N. lat. 13032, 2498); ) 1416 pierre à toucher or (Inventaire du duc de Berry, éd. J.-J. Guiffrey, t.1, p.38); 1579 fig. pierre de touche (LARIVEY, Vefve, IV, 6, éd. Viollet-le-Duc ds Anc. théâtre fr., t.5, p.179); ) 1549 pierre ponce (EST.); ) 1411 piere a laver (Arch. Nord, B 10367, f° 29); 1694 pierre d'évier (Ac.); 2. a) en gén. «matière minérale de nature et d'importance variable répandue à l'intérieur et à la surface de la terre» ca 1100 piere (Roland, éd. J. Bédier, 982); 1240-80 fig. estre de piere (BAUDOUIN DE CONDÉ, Dits et Contes, éd. A. Scheler, t. 1, p.375, 3080); 1460-66 il gelle a pierre fendant (MARTIAL D'AUVERGNE, Arrêts d'Amour, 3e, éd. J. Rychner, p.20, 123); 1690 geler à pierre fendre (FUR.); 1539 pleuvoir pierres «grêler» (EST.); 1535 fig. pierre de choppement (Oliv. Rom. 9, 31 d'apr. FEW t.8, p.315b); 1662 pierre d'achoppement (PASCAL, Pensées, éd. L. Brunschvicg, t.3, p.205); 1791 être malheureux comme les pierres ([LEMAIRE], 60e let. bougrement patriotique du véritable père Duchêne, p.2 ds QUEM. DDL t. 19); 1861 âge de la pierre (A. MORLOT, Leçon d'ouverture d'un cours sur la Haute Antiquité, p.5); b) spéc. variété de cette matière 1322 peres de eagle (Invent. du comte de Hereford et de sa femme ds Notice des émaux, éd. de Laborde, t.2, p.440); 1553 pierre d'aigle (BELON, ibid.); 1561 (Inventaire des meubles du château de Pau, éd. de la Sté des Bibliophiles fr., 56); 1540 pierre de marbre noir (N. HERBERAY DES ESSARS, Amadis de Gaule, 1er livre, éd. H. Vaganay, p.163, 24); 3. ca 1100 perre «minéral de valeur utilisé en bijouterie» (Roland, 1452); déb. XIIes. pere preciuse (ST BRENDAN, éd. E. G. R. Waters, 679-680); 1380 pierre faulce (Inventaire de Charles V ds Notice des émaux, t.2, p.442). B. P. anal. 1. a) 1re moit. XIIes. piere «concrétion qui se forme parfois dans certains organes de l'homme ou des animaux» (Lapidaire Marbode, 1ère version ds STUDER-EVANS, p.55, 669); b) 1690 (FUR.: Pierre, se dit aussi d'une dureté ou espèce de gravier qui se trouve dans quelques fruits); 2. substance naturelle ou artificielle ressemblant à la pierre a) 1225-30 pierre de l'aymant (GUILLAUME DE LORRIS, Rose, éd. F. Lecoy, 1157; v. aussi 1269-78 JEAN DE MEUN, ibid., 15366: pierre d'aïmant); b) 1575 pierre philosophale (PARÉ, OEuvres, éd. J.-F. Malgaigne, III, 582b); c) 1765 pierre infernale «nitrate d'argent» (Encyclop. t.9, p.740b, s.v. lune). Du lat. «roche, roc», également att. en lat. médiév. au sens de «pierre de construction» 1086 ds LATHAM, «pierre tombale» XIIIes., ibid., «pierre précieuse» 1300 et comme terme de méd. av. 1150, ibid., empr. au gr. «roche, roc». Petra, mot de la lang. pop., a concurrencé l'a. et class. saxum «id.» et surtout à basse époque l'anc. lapis, auquel il a empr. les sens de «tout objet en pierre, ou qui rappelle la pierre» comme «borne», «monument funèbre» et «pierre précieuse», et qu'il a supplanté dans presque toutes les lang. rom. (cf. ital. pietra, esp. piedra), peut-être à cause de son empl. dans la Vulgate, en jeu de mots avec Petrus, du gr. (v. ERN.-MEILLET), surnom donné par Jésus à l'apôtre répondant prob. à l'araméen «pierre» (v. CHANTRAINE). Pierre à aiguiser a éliminé l'anc. terme queux, v. queux2. D'apr. G. et A. DE MORTILLET, Le Préhist., 3e éd., Paris, 1900 [1882], p.5, le danois Christian Jürgensen Thomsen (1788-1865) publia en 1836 ds Ledetrand til Nordisk Oldkyndighed, «la classification et division des temps préhistoriques en âges [...] de la pierre, du bronze et du fer». Fréq. abs. littér.:12145. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 15503, b) 18457; XXes.: a) 17422, b) 18055. Bbg. Archit. 1972, p.44, 47 (s.v. pierre de taille). — GAMILLSCHEG (E.). Wetzstein und Kumpf im Galloromanischen. Archivum Romanicum. 1922, t.6, p.10, 81-84.

pierre [pjɛʀ] n. f.
ÉTYM. 1080; peddre, 980; du lat. petra.
A
1 (La pierre). Matière minérale solide, plus ou moins dure, non pulvérulente, non combustible, non métallique, qui se rencontre à l'intérieur ou à la surface de l'écorce terrestre en masses compactes plus ou moins homogènes. Roche; et aussi -lithe, -lithique, lith(o)-. || Qui a l'aspect de la pierre. Lithoïde. || Transformation d'une substance en pierre. Lapidification, pétrification. || Partie d'un fossile transformée en pierre. Zoolithe. || Marmorisation de la pierre. || Bloc, quartier de pierre. Roche. || Blocs de pierre qui protègent une jetée. Enrochement. || Épanneler un bloc de pierre. || Éclat (→ Hamada, cit. 1), morceau de pierre. || Morceau de pierre dans la chaux. Pigeon. || Concasser de la pierre. Casse-pierre, concassage, concasseur (→ Ballast, cit. 1). || La pierre concassée entre dans la composition du béton, du macadam.Sculpter la pierre.La dureté de la pierre. || Dur comme la pierre. || « Leurs cœurs deviennent plus durs que la pierre et que le bronze » (cit. 7, Bourdaloue). — ☑ (1690). Loc. Il gèle, il fait froid à pierre fendre (cit. 2).
Spécialt. Cette matière utilisée ou susceptible d'être utilisée dans la construction, la maçonnerie (→ aussi ci-dessous, 5.). || Pierre à bâtir. || Extraction de la pierre d'une carrière. || La brique et la pierre (→ Mélanger, cit. 1). || L'architecture élégante et raffinée fait de la pierre une dentelle (cit. 5).
(V. 1298). || Pierre de taille : pierre susceptible d'être taillée. || De la pierre de taille. || Une maison de pierre de taille (→ Atelier, cit. 1). || Un cabanon (cit. 2), un mur tout en pierre de taille (→ Opposite, cit.). → aussi ci-dessous 5. : une pierre de taille.
Fam. et par jeu de mots (→ ci-dessous, B., 8.). || Avoir la maladie de la pierre : avoir la manie de bâtir.
Maladie de la pierre : dégradation que subit la pierre des édifices quand elle est attaquée par les agents atmosphériques ou par certaines substances corrosives contenues dans l'air des villes.
Par ext. || Pierre artificielle, factice. Aggloméré.
De pierre, en pierre. || « Adorez-vous des dieux ou de pierre ou de bois ? » (cit. 41, Corneille). || Hache (→ Façonner, cit. 7), bille, boulet de pierre (→ Fusil, cit. 1). — ☑ Loc. Flèche de pierre : belemnite fossile.Banc (→ Adosser, cit. 3), arche (2. Arche, cit. 8), autel (cit. 1), clocher, flèche, jetée (cit. 1), linteau (cit. 1) de pierre. || Châssis de pierre. || Banc de pierre dans l'embrasure d'une cheminée. Banquette. || Carreau, pavé de pierre. — ☑ Allus. littér. Le Festin de pierre (statue de pierre du commandeur, dans la légende de Don Juan).Maison bâtie en pierre. || Bassin ( Auge), cheminée (→ Foyer, cit. 2), gable (cit.), obélisque (cit. 3) en pierre.
1 Pourtant la mairie dominait tout, une mairie de pierre, cubique et rigide, dont on était fier, bâtie dans le style des lois et des décrets.
Ch.-L. Philippe, Père Perdrix, I, I.
Par métaphore. || Sa langue était devenue de pierre (→ Paralysie, cit. 2).De pierre (en fonction d'épithète). || Visage de pierre. Immobile. — ☑ Fig. Âme, cœur de pierre, dur, impitoyable, insensible. Bronze, fer, granit (→ Avoir le cœur dur comme un caillou).(Attribut).Être, rester de pierre, insensible (ou impassible). Syn. De glace, de roc… (→ ci-dessous, 3., des métaphores analogues avec une, des pierres).
2 Mon sein n'enferme pas un cœur qui soit de pierre.
Molière, Tartuffe, III, 3.
3 C'était bien la minute musicienne, l'exaltante minute où nul héroïsme comme nul crime n'est impossible. Comme dans la musique sublime ou l'extrême désir, ses traits s'étaient faits de pierre, crispés, presque cruels.
Montherlant, la Relève du matin, p. 121.
3.1 — Il faut me soutenir, voyons, et lui faire comprendre qu'il doit être ému.
Gaston s'est remis à regarder les œuvres d'art.
— Gaston !
— Madame la duchesse ?
— Êtes-vous de pierre ?
— De pierre ?
— Oui, avez-vous le cœur plus dur que le roc ?
J. Anouilh, le Voyageur sans bagage, p. 13.
(XIXe). || Âge de la pierre (→ Distinguer, cit. 16), âge de pierre : période de la préhistoire caractérisée par la fabrication et l'utilisation d'outils de pierre (avant l'apparition des outils et des armes de métal). || Âge de la pierre taillée ( Paléolithique), polie ( Néolithique).
2 (La pierre, une pierre). Cour. (Dans le langage scientifique, on emploie plutôt dans ce sens le mot roche). Variété particulière de cette matière. || La pierre appelée gabbro (cit.). || Science qui a pour objet l'étude des pierres. Lithologie, pétrographie. || Une pierre est formée par l'association de divers minéraux. || Propriétés, caractères, coloration d'une pierre. || Pierre dure, tendre. || Pierre gélive. Gélivure.
Pierre (suivi d'un adj.). || Pierre calcaire. || Pierre meulière. || Pierre ollaire. Serpentine. || Pierre spéculaire.Pierre de… || Pierre d'aigle (variété de sesquioxyde de fer), de Florence (sorte de marbre), de gallinace (sorte d'obsidienne), de Labrador (labradorite), de lard (stéatite), de liais (cit.), de tonnerre (marcassite)…Pierre de lune. Adulaire.Pierre à… || Pierre à chaux, à ciment, à craie. || Pierre à plâtre. Gypse.
Pierres employées dans la construction. Ardoise, cliquart, coquillart, granit, grès, lambourde, liais, marbre, meulière, porphyre, travertin, tuf, tuffeau…
3 (Une, des pierres). Bloc isolé, d'une grosseur et d'un poids tels qu'il adhère au sol, qu'il constitue un roc. Roc, roche, rocher. || Rivière qui creuse une pierre à la base. Caver.
Géogr. et géol. || Pierre branlante : gros bloc rocheux isolé qui repose sur le sol par une très petite surface.
(1080). Cour. Fragment de cette matière qu'on peut déplacer, soulever, jeter… Caillou, galet. || Petites pierres volcaniques. Lapilli. || Amas ( Gravier, pierraille), masse, tas de pierres (→ Géhenne, cit. 6). || Tumulus de pierres. Cairn. || Enlever les pierres d'un champ. Épierrer.Pierre imprégnée de sel, pour le bétail. Assalier (pierre d'), salègre. — ☑ Loc. (V. 1560). Pierre d'aigle : pierre creuse contenant une autre pierre plus petite, qu'on portait autrefois comme amulette. — ☑ Allus. bibl. « Ordonne à cette pierre de se changer en pain » (cit. 11).
3.2 Son nom même en indique la nature; il se nomme en latin Saxiacus, de Saxo (pierre); c'est en effet un pays hérissé de grandes et larges pierres, qui pourraient être une sorte de produit, si ce Village était à portée de quelque grande Ville : mais il est isolé, et ses carrières, si faciles à fouiller, ne font en se délitant, qu'augmenter chaque année l'aridité du sol.
Restif de La Bretonne, la Vie de mon père, p. 135.
4 (…) à mesure que l'on s'éloigne de Madrid, les pierres dont la campagne est constellée deviennent plus grosses et montrent l'ambition d'être des rochers; ces pierres, d'un gris bleuâtre (…) font l'effet de verrues sur le dos rugueux d'un crocodile centenaire; elles découpent mille déchiquetures bizarres sur la silhouette des collines, qui ressemblent à des décombres d'édifices gigantesques.
Th. Gautier, Voyage en Espagne, p. 90.
4.1 Il est vrai que la pierre elle-même se montre parfois agitée. C'est dans ses derniers états, alors que galets, graviers, sable, poussière, elle n'est plus capable de jouer son rôle de contenant ou de support des choses animées. Désemparée du bloc fondamental elle roule, elle vole, elle réclame une place à la surface, et toute vie alors recule loin des mornes étendues où tour à tour la disperse et la rassemble la frénésie du désespoir.
Francis Ponge, le Parti pris des choses, p. 97.
Pierres disposées sur le sol, servant à revêtir une cour, un chemin. Caillasse, empierrement, rudération (→ Carreau, cit. 1; frissonner, cit. 10). || Casseur de pierres.
Loc. fig. (XIXe). Être malheureux (cit. 13) comme les pierres, très malheureux.
Les pierres considérées comme des obstacles. || Chemin plein de pierres. Pierreux. || Buter contre une pierre. || Heurter une pierre (→ Obscur, cit. 11). || Chasse-pierres d'une locomotive. || Danger : chute de pierres (sur une route). — ☑ Fig. Trouver des pierres dans son chemin (supra cit. 53). — ☑ Loc. Pierre d'achoppement (cit. 3 et 4), de scandale.
S'asseoir (cit. 26) sur une pierre. — ☑ Loc. fig. (Vx). N'avoir pas une pierre où reposer sa tête : être très pauvre; être sans gîte.
5 Et étant venu en un certain lieu, comme il voulait s'y reposer après le coucher du soleil, il (Jacob) prit une des pierres qui étaient là, et la mit sous sa tête, et s'endormit dans ce même lieu.
Bible (Sacy), Genèse, XXVIII, 11.
Les pierres utilisées comme projectiles, lancées à la main ( Palet), avec une fronde (2. Fronde, cit. 3), un lance-pierres. || Machines qui servaient à lancer des pierres. Bombarde, catapulte, pierrier… || Jeter des pierres (→ Amuser, cit. 19; gamin, cit. 2). || Lancer (1. Lancer, cit. 2) des pierres. || À un jet (cit. 1) de pierre. || Faire des ricochets avec une pierre. — ☑ Loc. (1580). Faire d'une pierre deux coups (cit. 30).Poursuivre qqn (→ Coup, cit. 5), briser des fenêtres (→ Lapidation, cit. 2) à coups de pierres. || Une grêle de pierres (→ Effaroucher, cit. 1).Tuer qqn à coups de pierres. Lapider. — ☑ Allus. bibl. « Que celui d'entre vous qui est sans péché lui jette la première pierre » (→ Adultère, cit. 3), paroles adressées par Jésus à ceux qui s'apprêtaient à lapider la femme adultère, conformément à la loi de Moïse (fig., → Envie, cit. 33). — ☑ (1668). Jeter la pierre à qqn. Accuser, attaquer, blâmer, lapider (fig.). — ☑ Jeter des pierres dans le jardin (cit. 7) des autres.C'est une pierre dans son jardin.
6 (…) je la venge, en disant aux autres les vérités qu'ils méritent, et en leur montrant qu'ils ne valent pas mieux que celle à qui ils jettent la pierre.
G. Sand, la Petite Fadette, XVIII.
Le poids des pierres. || Lourd comme une pierre. || Tomber comme une pierre. || La mouette (cit. 3) piquait dans l'eau comme une pierre. || Pierres qui empêchent le vent de soulever une toiture (→ Goudronner, cit. 3).Attacher une pierre au cou d'un animal qu'on veut noyer. — ☑ Fig. S'attacher (→ Entrave, cit. 4), se mettre la pierre au cou.
7 Sans doute je suis imprudent, sans doute je me suis attaché une grosse pierre au cou, sans doute encore j'ai encouru une grave responsabilité morale (…)
Nerval, Voyage en Orient, Druses et Maronites, II, I.
L'immobilité, l'inertie des pierres. — ☑ Fig. Être comme une pierre (→ Discours, cit. 6), comme une pierre jetée : demeurer muet, immobile, impassible, sans réaction.
Muet comme les pierres : obstinément muet.
Vx. Les pierres même crieront, parleront, se dit d'une action odieuse qui révoltera la conscience des hommes.
Marquer un jour d'une pierre blanche, noire. Marquer (cit. 12 et supra).
Loc. Geler à pierre fendre : geler très fort. — ☑ Fig. et vx (sentiment, émotion, expression). À fendre les pierres : propre à émouvoir les cœurs les plus durs.
8 J'allai ensuite voir Mlle de la Trousse, dont la douleur fend les pierres (…)
Mme de Sévigné, 292, 1er juil. 1672.
(Même sens). Vx. C'est à faire pleurer les pierres (→ Être, cit. 94). — ☑ Prov. Pierre qui roule n'amasse pas mousse. Mousse (1. Mousse, cit. 4).
Vx. || Pierre météorique, pierre de l'air, du ciel, de foudre, de tonnerre. Aérolithe, bolide, météorite.
4 (V. 1380). Fragment d'une variété de cette matière servant à un usage particulier. || Pierre à aiguiser. Affiloir, queux. || Aiguiser (cit. 3 et 4) un couteau sur une pierre.Pierre percée servant de lest pour un filet de pêche. Câblière, cliquette. || Pierre d'évier, pierre à laver.Pierre à feu.
(1606). || Pierre de fusil, ou (plus cour.) à fusil : pierre dont on tire une étincelle en la frappant avec un fusil (cit. 1). Silex. — ☑ (XXe). Goût de pierre à fusil, se dit du goût propre à certains vins très secs, dont le bouquet rappelle l'odeur du silex qu'on vient de frapper.Pierre lithographique (→ Grain, cit. 23; large, cit. 12), remplacée parfois par le papier-pierre. Papier; autographie, lithochromie, lithographie, papyrographie, photolithographie, typolithographie.Pierre à polir. Périgueux.
Pierre ponce (→ Cold-cream, cit.; créneau, cit. 1) : morceau de feldspath d'origine volcanique, léger et poreux, dont on se sert pour polir. Abrasif. || Polir à la pierre ponce. Poncer.
(1562). Pierre de touche : fragment de jaspe utilisé pour éprouver, essayer l'or et l'argent. Touchau.(Av. 1613). Fig. Ce qui sert à reconnaître la valeur d'une personne, ou d'une chose. Critérium, crucial (expérience cruciale), épreuve (→ Espèce, cit. 32; impromptu, cit. 2).
9 Sire, tout ainsi que par la pierre de touche on éprouve l'or s'il est bon ou mauvais (…)
Ronsard, Œuvres en prose, Préface.
10 Un étroit tapis rouge relevait la blancheur des marches de l'escalier en liais poli à la pierre ponce.
Balzac, César Birotteau, Pl., t. V, p. 452.
11 La description est la pierre de touche du talent. C'est elle qui distingue les bons et les mauvais écrivains.
Antoine Albalat, l'Art d'écrire…, p. 226.
5 Bloc employé dans la construction, en maçonnerie. Moellon (→ Goujat, cit. 4). || Lieu d'où l'on extrait des pierres. 1. Carrière. || Carrière de pierres (→ 2. Mine, cit. 3). || Disposition des pierres dans la carrière. Banc, lit, souchet. || Délit d'une pierre. || Croûte terreuse qui recouvre les pierres avant la taille. 1. Bousin. || Décaper, ébousiner une pierre. || Appareillage, taille des pierres. 2. Coupe, dérobement, piquage, sciage, || Appareiller, tailler les pierres. Bretteler, bûcher, chanfreiner, couper, dégauchir, délarder, déliter, équarrir, rustiquer. || Ouvrier qui travaille à la taille des pierres. Appareilleur. || Tailleur de pierres. || Percer une pierre avec un trépan. || Outils utilisés dans la taille des pierres. Biveau, boucharde, 4. laie, massette, sciotte, têtu. || Couteau à pierre. || Instrument qui sert au levage des pierres. Louve. || Chariot pour transporter des pierres. Binard. || Défaut dans une pierre. Fil (II., 4.), moye. || Pierre moyée.Une pierre de taille (→ Hisser, cit. 3) : une pierre qui a été taillée pour entrer dans une construction. Boutisse, parpaing. || Face d'un mur revêtue de pierres de taille. Parement, revêtement.Arête, angle saillant ( 2. Carne), chanfrein, lit, parement d'une pierre. || Évidement dans une pierre. Refouillement. || Pierre taillée spécialement pour occuper une place déterminée dans une construction. Claveau, clef (de voûte), corbeau, écoinçon, sommier, voussoir.Pose de la pierre (→ Maçon, cit. 2). || Déliter, poser une pierre. || Pierre qui peut se poser à la main. Jectisse. || Enlier, liaisonner les pierres. || Disposition des pierres, rangée de pierres dans la construction. Appareil, assise, chaîne, recoupement… || Bordure de pierre. || Pierre noyée dans la masse de la maçonnerie. Libage.Construction à pierres perdues. Perdre (infra cit. 66).Les pierres d'un mur(→ Bestiole, cit. 1), d'une muraille (→ 1. Cassis, cit. 1), d'une voûte (→ Détacher, cit. 14), d'un pilier, d'un pied-droit, d'une maison (→ Partie, cit. 11), d'un pont, etc. || Saillie d'une pierre sur un mur. Balèvre, bossage, 2. harpe. || Pierres qui servent à l'arasement d'un mur. Arase. || Pierre creusée pour faire écouler l'eau. Caniveau, souillard. || Concrétion qui se forme à la surface des pierres. Patine.
12 L'architecture commença comme toute écriture. Elle fut d'abord alphabet. On plantait une pierre debout, et c'était une lettre… Plus tard on fit des mots : on superposa la pierre à la pierre, on accoupla ces syllabes de granit (…)
Hugo, Notre-Dame de Paris, V, 2.
13 Les plus beaux palais de Berlin sont bâtis en briques : on trouverait à peine une pierre de taille dans les arcs de triomphe. La capitale de la Prusse ressemble à la Prusse elle-même (…)
Mme de Staël, De l'Allemagne, I, XVII.
14 Pendant le travail de la construction, il ne quittait guère le chantier. Je crois bien qu'il en connaissait toutes les pierres. Il veillait à la précision de leur taille; il étudiait minutieusement tous ces moyens que l'on a imaginés pour éviter que les arêtes ne s'entament, et que la netteté des joints ne s'altère. Il ordonnait de pratiquer des ciselures, de réserver des bourrelets, de ménager des biseaux dans le marbre des parements.
Valéry, Eupalinos, p. 23.
Lier des pierres avec du ciment. Cimenter. || Couler des pierres. Sceller.(XIIe). || Pierres sèches. || Gourbi (cit. 2), mur, muraille en pierres sèches (→ Ouverture, cit. 11), en pierres de forme irrégulière et qui ne sont pas liées par du ciment, du mortier, etc. || Conduit en pierres sèches. Pierrée.
Les pierres, les vieilles pierres : l'architecture, les constructions en pierre. || Vieux quartier plein de passé humain incrusté (cit. 6) dans les pierres. || L'étude, le goût, le respect des vieilles pierres ( Archéologie).
15 Chaque face, chaque pierre du vénérable monument est une page non seulement de l'histoire du pays, mais encore de l'histoire de la science et de l'art.
Hugo, Notre-Dame de Paris, III, I.
16 Je vois de ma fenêtre les Tuileries et le Louvre, le Pont-Neuf, les tours de Notre-Dame, les tourelles du Palais de Justice et la flèche de la Sainte-Chapelle. Toutes ces pierres parlent : elles me content la prodigieuse histoire des Français.
France, le Crime de S. Bonnard, Œ., t. II, p. 311.
Pierre à pierre. || Château, édifice démoli pierre à pierre (→ Hors, cit. 41). — ☑ Pierre sur pierre. || Ne pas laisser pierre sur pierre. Anéantir (→ Détruire de fond en comble).Fig. || Construire pierre à pierre sa fortune. Progressivement.
17 Mais Jésus leur dit : Vous voyez tous ces bâtiments (le temple). Je vous le dis en vérité, ils seront tellement détruits, qu'il n'y demeurera pas pierre sur pierre.
Bible (Sacy), Évangile selon saint Matthieu, XXIV, 2.
18 Il lui semblait voir crouler cet abri que, depuis trois ans, il s'était construit de ses mains, pierre à pierre, dans la peine, dans l'orgueil, dans la solitude.
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 51.
19 Une civilisation qui n'a plus le courage de mettre pierre sur pierre, de construire et de reconstruire sans relâche est une civilisation qui avoue sa déchéance.
G. Duhamel, Chronique des saisons amères, III, IV.
(1869). || Première pierre d'un édifice, qui porte des inscriptions commémoratives et qui est posée solennellement. — ☑ Fig. Il a posé la première pierre : il a été le fondateur, l'initiateur.
20 La gloire éternelle, dans tous les ordres de grandeur, est d'avoir posé la première pierre.
Renan, Vie de Jésus, Œ., t. IV, p. 364.
21 La première pierre fut scellée par la reine avec une mignonne truelle d'or.
Alain, Propos, 8 juil. 1906, Lion premier.
Pierre angulaire (cit. 1 et 2, fig.), d'angle (→ Dictionnaire, cit. 10, fig.). — ☑ Fig. Pierre fondamentale : principe essentiel, élément le plus important d'un ensemble. — ☑ Pierre d'attente (cit. 16 et 17, fig.).
Loc. fig. Apporter (cit. 19) sa pierre à l'édifice (→ Confiner, cit. 9; édification, cit. 1; fronton, cit. 5).« Une seule pierre arrachée de cet édifice, l'ensemble croule fatalement » (→ Église, cit. 8, Renan).Allus. bibl. || « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église » (cit. 1; → Enfer, cit. 5).
6 Bloc de pierre, façonné ou non, qui constitue un monument, possède une signification religieuse ou symbolique, etc. Mégalithe, monolithe. || La Pierre Noire, insérée dans la Kaaba à La Mecque et vénérée par les musulmans. || Pierres sacrées, idoles de pierre. Bétyle.Pierres druidiques (→ Grève, cit. 2). || Pierre des fées.Pierre levée. Cromlech, dolmen, menhir, peulven.
21.1 C'est donc à une religion qu'il faut attribuer toutes ces pierres levées que l'on rencontre en France et en Angleterre.
Stendhal, Mémoires d'un touriste, I, p. 16.
22 À quelques milles de Salisbury, dans les plaines de ce nom se trouvent des pierres immenses (analogues à celles de Carnac et de la même origine) formant deux ou trois cercles concentriques; au centre sont d'autres pierres aussi immenses qui paraissaient constituer un autel.
Sainte-Beuve, Correspondance, 52, 12 sept. 1828.
23 (…) ces monuments informes qu'on appelle druidiques (…) sont de grosses pierres basses, dressées et souvent un peu arrondies par le haut; ou bien, une table de pierre portant sur trois ou quatre pierres droites. Qu'on veuille y voir des autels, des tombeaux, ou de simples souvenirs de quelque événement, ces monuments ne sont rien moins qu'imposants, quoi qu'on ait dit.
Michelet, Hist. de France, III.
Pierre dressée pour commémorer un événement. Stèle. || Inscription gravée sur une pierre. Lapidaire. || Ouvrier qui grave une inscription sur la pierre. Lapicide.Pierre tombale (→ Cimetière, cit. 8), pierre funéraire (cit. 2); sépulcrale, tumulaire. Dalle, sépulture. || La pierre d'un tombeau (→ Graver, cit. 2; grille, cit. 9; monument, cit. 3).Absolt et littér. || La pierre : la tombe. || « Quoi ! mortes ! quoi déjà, sous la pierre couchées ! » (→ Fleur, cit. 17, Hugo; 3. mort, cit. 7).
24 Le morne oubli prend dans l'ombre,
Par degrés, l'épaisseur sombre
De la pierre du tombeau.
Hugo, Chansons des rues et des bois, I, VI, XXI.
25 Les pierres tombales, en Turquie, sont des espèces de bornes, coiffées de turbans ou de fleurs, qui de loin prennent vaguement l'aspect humain, qui ont l'air d'avoir une tête et des épaules (…)
Loti, les Désenchantées, II, V.
Pierre d'autel (cit. 24).Pierre milliaire. Borne.
B
1 Pierre précieuse, ou pierre (→ Améthyste, cit. 1).
a (Au sens large). Minéral auquel sa rareté, son éclat, sa dureté confèrent une grande valeur; fragment de ce minéral tel qu'il se rencontre à l'état naturel ou tel qu'on l'utilise en bijouterie, en joaillerie, après un travail approprié. Gemme, pierreries, caillou (fam.).Principales pierres précieuses. Aigue-marine, alabandine, alexandrite, amazonite, améthyste, béryl, calcédoine, chrysobéryl, chrysolithe, chrysoprase, corindon, diamant, émeraude, escarboucle, girasol, grenat, 1. hépatite, hyacinthe (ou, vx, jacinthe), 2. jargon, lapis-lazuli (ou lazulite), opale, outremer (naturel), péridot, quartz, rubis, sanguine, saphir, spinelle, topaze, tourmaline, turquoise, zircon…Pierre d'azur ( Lapis-lazuli), de crapaud ( Crapaudine).Roche qui contient des pierres précieuses. Gemmifère. || L'alumine entre dans la composition de nombreuses pierres précieuses. || Cristal qui ressemble à une pierre précieuse. Prime. || Pierres précieuses incolores. || Pierres de couleur. || Pierre de couleur pâle. Délavé. || Chatoiement, eau (III.), éclat, feu d'une pierre précieuse. || Défaut dans une pierre précieuse. Crapaud (3.), glace (II., B., 3.), givrure, 2. jardinage, loupe. || Pierre brute. || Taille d'une pierre précieuse. || Plan de clivage d'une pierre précieuse. || Égrisé, émeri qui sert à la taille des pierres précieuses. Égrisage, égriser. || Tailler une pierre à facettes. Facetter. || Différentes formes données aux pierres précieuses (cabochon, rose, taille en étoile…) Atelier où l'on taille les pierres précieuses. Taillerie. || Ouvrier qui taille les pierres précieuses ( Lapidaire), qui les monte. Metteur (en œuvre). || Les pierres précieuses, utilisées en bijouterie, en joaillerie. || Sertir, dessertir une pierre. || Enchâsser une pierre dans le chaton d'une bague. || Pierre en bague. || Monture d'une pierre précieuse. Œuvre (supra cit. 4). || Garniture de pierres précieuses. Parure. || Orné de pierres précieuses. Gemmé. || Ferrets ornés de pierres précieuses. || Tiare ruisselante d'or et de pierres précieuses (→ 1. Faste, cit. 6).La symbolique des pierres précieuses.
26 Le choix des pierres l'arrêta; le diamant est devenu singulièrement commun depuis que tous les commerçants en portent au petit doigt; les émeraudes et les rubis de l'Orient sont moins avilis, lancent de rutilantes flammes, mais ils rappellent par trop ces yeux verts et rouges de certains omnibus qui arborent des fanaux de ces deux couleurs, le long des tempes; quant aux topazes, brûlées ou crues, ce sont des pierres à bon marché, chères à la petite bourgeoisie qui veut serrer des écrins dans une armoire à glace (…)
Huysmans, À rebours, p. 57.
27 (…) la symbolique des pierreries est très confuse. Les motifs qui ont décidé le choix de certaines pierres pour leur faire spécifier par la couleur de leur eau, par leur éclat, une vertu précise, sont amenés de si loin, sont si faiblement prouvés que l'on pourrait substituer une gemme à une autre, sans modifier pour cela la signification de l'allégorie qu'elles énoncent.
Huysmans, la Cathédrale, p. 145.
27.1 Ce fut un éblouissement. Toutes les pierres précieuses étincelaient, toutes les couleurs flamboyaient, l'azur des saphirs, le feu des rubis, le vert des émeraudes, le soleil des topazes.
M. Leblanc, l'Aiguille creuse, p. 233-234.
b (Au sens strict; fin XIe, piere preciose). || Pierre précieuse : variétés rouge (rubis) et bleue (saphir) du corindon, émeraude, diamant (les autres gemmes étant appelées pierres semi-précieuses ou semi-pierres).
27.2 Les quatre suivants étaient faits d'une foule de pierres précieuses, délicatement soudées; l'un se composait uniquement de diamants, l'autre de rubis, le troisième de saphirs et le dernier d'émeraudes éclatantes.
Raymond Roussel, Impressions d'Afrique, p. 62.
2 Pierre fine : pierre précieuse véritable (opposé à pierre fausse, → ci-dessous, 4.).
3 Diamant. Brillant. || Les pierres d'une bague.
4 Par anal. (et par oppos. à pierre fine, vraie). || Pierre artificielle, factice, fausse, manufacturée; pierre d'imitation. Aventurine, doublet, happelourde (→ Happer, comp.), strass.
5 Pierre dure; pierre fine; pierre rare : minéral de valeur moindre que les pierres précieuses et dont on fait des camées, des vases, des objets d'art. Agate, cornaline, jade, jaspe, malachite, onyx, sardoine… || Veine d'une pierre dure.Pierre gravée. Abraxas, camaïeu, camée, intaille. || Art de graver les pierres dures. Glyptique.
6 Techn. Matière de synthèse d'une grande dureté (souvent, rubis synthétique) utilisée en mécanique de précision pour diminuer et uniformiser les forces de frottement, et augmenter la longévité des pièces mobiles en contact. || Chape en pierre d'une balance de laboratoire.
7 a (V. 1265). Pierre d'aimant. Aimant.
b (XIVe). Qualifié. Substance d'origine artificielle dont l'aspect, la texture, la densité, etc., évoquent la pierre. || Pierre bleue, faite d'outremer et servant à passer le linge au bleu.Pierre de Bologne (barytine).Pierre à briquet. Ferro- (ferrocérium).Pierre divine : mélange de sulfate de cuivre, d'alun, de camphre, qu'on utilisait en pharmacie.Pierre à détacher, pierre de lait : substance à base d'argile servant à détacher les vêtements.Pierre de fiel, de couleur jaune-brun, utilisée jadis par les peintres.Pierre infernale…Pierre d'aigri. Perle (d'aigri).
c Carton-pierre. Carton.
d Alchim. || Pierre philosophale.
8 a (XIIe). Vx (on dit aujourd'hui calcul). Concrétion qui se forme parfois dans certains organes de l'homme ou des animaux (rein, vessie, vésicule biliaire). Bézoard, 2. calcul, concrétion, gravier (4.), hippolithe. || Pierre biliaire, rénale, vésicale. || La maladie de la pierre ou, absolt, la pierre : maladie caractérisée par la présence d'un ou de plusieurs calculs dans la vessie. Gravelle, lithiase. || Le jade (cit. 1) passait pour guérir la pierre. || Opérer, tailler (vx) qqn de la pierre. Lithotomie, lithotriteur, lithotritie, taille.
tableau Principales maladies et affections.
b Concrétion dure qui se forme parfois dans certains fruits. || Cette poire est pleine de pierres. Graveleux, lapilleux, pierreux.
9 Techn. Défaut du verre dû à la corrosion des parois et formant une petite masse opaque (les défauts linéaires sont appelés fils, ceux qui forment une surface, voiles).
DÉR. Empierrer (et dér.), épierrer (et dér.). — Perré, perrière, perron. — Pierraille, pierrée, pierreries, pierreuse, pierreux, pierrier, pierriste, pierrure. — (Du même rad. lat.) V. Pétré, pétreux, pétrifier (et dér.), pétro-, pétrole (et dér.); salpêtre (et dér.).
COMP. Casse-pierre, chasse-pierres, lance-pierres.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pierre — PIERRE. s. f. Corps dur & solide qui se forme dans la terre, & dont on se sert pour la construction des bastiments. Pierre dure. pierre tendre. pierre de moëlon. pierre de tuf. pierre grise. pierre de liais. pierre de saint Leu. pierre de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Pierre — is a French language form of the name Peter, and also occurs as surnames and place names. Pierre originally means rock or stone in French, following its Latin etym petrus (also common to Peter).Novels* , a novel by Herman Melville * Pierre (A… …   Wikipedia

  • Pierre — steht für: Pierre (South Dakota), Hauptstadt des US Bundesstaates South Dakota (1392) Pierre, Asteroid des Hauptgürtels Pierre (französische Form von Peter) ist der Vorname folgender Personen: Petrus Abaelardus (1079–1142), auch: Pierre Abaillard …   Deutsch Wikipedia

  • Pierre V — de Portugal Pour les articles homonymes, voir Pierre de Portugal. Pierre V …   Wikipédia en Français

  • Pierre — Saltar a navegación, búsqueda Para el botánico identificado con la abreviatura Pierre, véase Jean Baptiste Louis Pierre Pierre …   Wikipedia Español

  • Pierre (41) — Pour les articles homonymes, voir Pierre. Pierre (41) est un faux documentaire en trois épisodes écrit et réalisé en 2007 par Jimmy Halfon et Tristan Séguéla. Synopsis Deux journalistes mènent une enquête initiée par un certain Alain Delaunay,… …   Wikipédia en Français

  • PIERRE (J.-B. M.) — PIERRE JEAN BAPTISTE MARIE (1713 1789) Il est de ces artistes dont l’importance se mesure peut être mieux à leur rôle administratif qu’à leur œuvre proprement dite. Jean Baptiste Marie Pierre vécut jusqu’en 1789, mais sa carrière de peintre se… …   Encyclopédie Universelle

  • Pierre IV — roi de Portugal (1826). V. Pierre Ier, empereur du Brésil. RUSSIE Pierre Ier, dit Pierre le Grand (1672 1725), tsar de Russie (1682 1725); fils du tsar Alexis. Il fit de la Russie une puissance européenne. Proclamé tsar en 1682 avec son demi… …   Encyclopédie Universelle

  • "Pierre Le Bé" — est un maître écrivain juré français, actif à Paris à la charnière des XVIe et XVIIe siècles. Sommaire 1 Biographie 2 Œuvres 3 …   Wikipédia en Français

  • Pierre II — (1923 1970) roi de Yougoslavie (1934 1945); fils d Alexandre Ier Karadjordjevic et petit fils du préc. Il renversa en mars 1941 le régent Paul, germanophile, et quitta le pays envahi (avr. 1941) par les Allemands. En 1945, Tito proclama la… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.